Actualité
Share
mardi 20 décembre 2016 - 17:45

Paroles de diplômés

Les diplômés du DEC 2016 témoignent !

Chaque année, à l’occasion de la cérémonie du DEC, des diplômés sont mis à l’honneur. Certains ont la chance de monter sur scène, d’autres sont directement interviewés par l’Ordre. [lire l'actualité "7e cérémonie du DEC]

Jeudi 15 décembre dernier, Sophie, Eric, Shamir et Manuela ont accepté de répondre à nos questions. L’objectif ? En savoir plus sur leur parcours, leur projet d’avenir ou encore ce qu’ils estiment être le challenge de la profession. 

J’ai choisi ce métier pour son côté pluridisciplinaire et la forte place accordée au conseil. Parmi les nombreux enjeux, il y en a un qui est primordial : nous faire mieux connaître. L’image de l’expert-comptable est celle du professionnel qui enregistre les factures, qui aligne des chiffres et sort un bilan. La mission va plus loin. Notre accompagnement va au-delà du chiffre. Pour ma part, je souhaite développer une activité auprès des commerces de proximité, petites et très petites entreprises. Ce sont les acteurs principaux de la vie économique et je pense qu’il est justement important de construire une relation de proximité. Nous sommes un de leurs principaux partenaires !  

Cela fait 2 mois que J’ai créé mon cabinet et je continue de travailler auprès des comités d’entreprise*. J’aimerais développer une activité autour de l’économie sociale et solidaire, en milieu associatif et sur des sujets tels que le développement durable, l’entreprise responsable… Au-delà des enjeux marketing et de l’attestation fournie par l’expert-comptable, il y a un rôle de conseil, de conduite du changement de l’expert-comptable auprès des entreprises désireuses de s’engager sur les chantiers RSE.

Plus largement, cela revient à insister sur le fait que nous sommes experts dans certaines missions, mais surtout experts dans l’accompagnement et le conseil auprès des entreprises.

*ndlr. Eric a travaillé pendant 13 ans dans un cabinet spécialisé dans les missions légales auprès des CE]

 

Mon envie de devenir expert-comptable est liée à l’enfance. Je suis issu d’une famille d’entrepreneurs et j’ai rapidement associé la gestion d’entreprise au métier d’expert-comptable. Les études sont complexes, d’autant plus lorsque l’on est originaire d’un autre pays. Il faut s’adapter. Développer un réseau d’experts-comptables venant de l’étranger serait une bonne idée, notamment pour faciliter l’insertion professionnelle. Pour ma part, j’envisage une carrière à l’international, tout en gardant un pied en France, avec l’ouverture de mon cabinet à Paris, à la Réunion et à Madagascar.

Le métier est assez similaire à celui de la France sauf que les besoins n’étaient pas là il y’a 10 ans. Aujourd’hui, les grands groupes se sont développés et ont besoin d’experts-comptables, dans une optique de développement à l’import et à l’export.

Pour l’avenir de la profession, je pense que le premier challenge est la numérisation. Nous devons nous adapter, évoluer, pour pouvoir nous décharger de certaines tâches et développer de nouvelles missions pour nos clients

Enfant, je me voyais plus princesse ou directrice de prison qu’expert-comptable. C’est une fois lancée dans le cursus que mon choix s’est confirmé. Il était hors de question de m’arrêter en chemin, alors je suis allée au bout. J’ai d’ailleurs transmis la passion à mon petit frère, actuellement stagiaire expert-comptable.

Parmi les challenges, je pense qu’il faut que l’on voit plus de femmes. Je suis très investie sur ces questions de diversité, sur la place de la femme en entreprise. Il est important que les mentalités changent à ce sujet.